INTERSTICES

L'espace d'une saison où je ne raconte rien des jours communs; il ne s’agit que des étranges nuits sans sommeil. L'éclair de mon flash vient briser l'obscurité et je montre les débris et  l'espace entre eux. 
Des moments mis bout à bout comme pour recoller les morceaux des nuits brisées passées à courir faute de logis. 
Il ne restera que la tension des obsessions et le dérisoire de chaque instant.
Une série qui témoigne d'un certain rapport au monde où le contact apparaît comme un élément central, un geste créateur et destructeur. Au début une fissure puis une brisure et milles éclats qui racontent nos histoires.
Back to Top